STGM : forums
Forums des joueurs de STGM
 
 WikiWiki   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
STGM : forums Index du Forum

Wiki: MilKafar
http://img205.exs.cx/img205/8202/milkafardef3tv.jpg



PREMIERE PARTIE: L'HISTOIRE DE LA CONTREE
  • Les Origines

A l’origine ce peuple est issu d’un regroupement de bouffons provenant de la multitude des royaumes disparus dans les guerres du nord ouest (cf. CimetiereDuNordOuest). Au fil des décennies, le nombre des seigneurs à distraire avait tant diminué que seul les plus fins bouffons purent trouver un toit.

Les autres, incapables de s’adapter à cette constante restructuration du pouvoir des puissants, tentèrent de trouver quelque subsistance dans les forêts des barbares confins. Ne sachant rien faire ni de leur tête ni de leurs mains, ils s’assemblèrent naturellement selon l’adage communément partagé de « plus on est de fous, plus on ri ».

Peu à peu, coupé de tout contact avec le monde civilisé, ce petit peuple errant et solidaire fut victime de son homogénéité et perdit le peu de connaissance dont il disposait, devenant aussi fruste que nomade et forestier.
  • Bego l'Ancien

Personne ne sait auprès de quelle coure il exerça son comique talent. Bouffon cultivé et humaniste, expert en bons mots autant qu’en grossières pitreries, ses protecteurs comme tant d’autre vinrent à disparaître. Décidé de fuir au plus loin la sauvagerie guerrière, son chemin croisa loin dans les forêts des confins, la piste perdue du petit peuple de la bouffonnerie.

Emu et séduit par la bonne humeur persistante de ces gens misérables, il se résolu de partager leur destinée. Fort de sa culture et de ses connaissances il ne tarda pas à y exercer une autorité légitime et reconnue, chose jusque là inconnue de ce peuple enjoué, sinon enfouie profondément dans les limbes de son passé.

Les mœurs libres de cette communauté permirent à Bego l’ancien de s’assurer d’une descendance aussi nombreuse et bigarrée. Mais sa préférence alla toujours à son aîné, qu’il nomma comme lui Bego, et à qui il s’appliqua à transmettre son savoir.
  • Bego le Jeune

A la mort de son père, qu’un fou rire emporta brusquement au-delà du monde connu, Bego dit Le Jeune, repris à son compte la charge de chef du petit peuple nomade. Contrairement à l’Ancien que le souvenir sanglant des guerres du Nord Ouest tenait éloigné de toute idée de retour à la civilisation, le Jeune, nourri de quelques connaissance dont l’étendue ne parvenait pas à étancher sa soif de savoir, pris vite conscience que ses gens ne pourraient sortir de la misère sans acquérir quelques rudiments de savoir qu’une vie nomade et isolée ne pourrait jamais apporter. C’est ainsi qu’il fit entreprendre le chemin du retour au petit peuple inculte et forestier, désormais connue sous le nom de « longue marche à travers bois ».
Et la marche fut si longue que le Jeune n’en vit jamais la fin, emporté qu’il fut par un mal étrange. Mais le Jeune avait un fils, Bego, à qui il avait transmis non seulement son savoir mais aussi ses convictions. Ce fils échappa de justesse au mal contagieux qui eut raison de son père mais il en garda un teint jaunâtre qui le fit nommer « Bego le Jaune ».
  • Bego le Jaune

Décidé à accomplir l’œuvre de mes ancêtres, moi Bego, troisième du nom dit « Le Jaune » menai mon peuple jusqu’à la première frontière qu’il avait pu rencontrer. Mais cette terre n’était pas aussi accueillante qu’elle le semblait au premier abord. Au fur et à mesure qu’il défricha la place, mon peuple se voyait envahit d’une multitude de vermine d’une espèce inconnue jusqu’alors. Néanmoins je l’identifiai, et fus fort surpris d’apprendre qu’il s’agissait d’un genre généralement plus adapté aux zones urbaines qu’aux forêts inhabitées: la blatte domestique, plus généralement appelée « cafard ».

Résolu de me débarrasser de cette engeance malfaisante, je lui déclarai une guerre sans merci en même temps que je lançai le premier programme d’alphabétisation de mes incultes sujets. De ces débuts peu ragoûtants, la contrée en tira son nom, Milkafar, et moi, le Jaune, ma devise: Gnak, Tak, Karapat.

Mais la vermine était si nombreuse et si coriace que pour mieux la combattre, j’entrepris d’en connaître la source et l’origine. Mes premiers contacts avec les contrées voisines eurent tôt fait de m’apprendre que les bestioles s’échappaient en nuées rampantes des miasmes nauséabonds que cultivait la contrée voisine des Marches, avec qui je partageai ma plus grande frontière. Ne pouvant tolérer pareil voisinage, je déclarai guerre au Tyronte


DEUXIEME PARTIE: CROYANCES ET TRADITIONS
  • Les périodes antébégolienne et archéobégolienne

A l’origine peuple nomade victime d’acculturation, le petit peuple de bouffons forestiers ne connaissait ni l’écriture, ni l’agriculture, ni aucune technique de chasse et de construction, vivant de cueillette et de racine et s’abritant dans de vulgaires huttes éphémères constituées d’amas de branchages. Ces gens ne connaissaient ni le bien ni le mal, ni le mariage ni la justice. Les seuls notions que leurs lointaines origines leur permirent de conserver et développer étaient la joie et la tristesse. L’avènement de Bego l’Ancien apporta quelques progrès techniques qui améliorèrent leur quotidien. Mais ce dernier se refusa à perturber la joyeuse insouciance de ce peuple et ne remit pas en cause le peu de croyances et de traditions auxquelles il s’attachait, les prenant lui-même à son propre compte et se contentant de transmettre à son fils aîné les rudiments du monde civilisé. La plus grande œuvre de l’ancien dans le domaine spirituel se limita donc à la transcription et à la formulation intelligible des conceptions de son peuple.

Son panthéon fort limité repose sur un couple divin dont les relations soit tumultueuses soit harmonieuse influent sur le monde des mortels.

Ces deux entités sont « Bakus Rigolae », le dieu mâle incarnation de la virilité, de la naïveté et de la convivialité, et « Komedia Festivae », le dieu femelle et concubine du premier, incarnation de la fertilité, de la joie et de l’harmonie. Mais le joyeux hédonisme du couple divin est soumis aux interventions hasardeuses d’un troisième dieu polymorphe et cyclothymique, tantôt mâle, tantôt femelle, tantôt triste, tantôt joyeux, selon le besoin de ses intentions. Ce dieu se nomme « Sarkast », valet et bouffon des deux premiers, incarnation de la complexité, de la malice, et de la séduction.

Qu’elle soit bonne ou perturbée, l’humeur au sein du couple divin génère en continu grande quantité d’esprits fripons qui influent sur la vie des mortels. Ces esprits, fruits de la procréation divine, sont tous porteurs des six même émanations en diverses proportions: confiance, défiance, rancœur, amitié, espoir et fatalité. Selon qu’ils poussent plus à la joie ou plus à la tristesse, ces esprits son nommés soit « Zigom » soit « Zizan ». La présence des premiers étant recherchée tout autant que celle des deuxièmes est redoutée.
  • La période protobégolienne

En terme de connaissances le principal apport de Bego le Jeune fut l’acquisition de techniques de chasse soumises à l’emploi et la fabrication d’armes, ainsi qu’au développement de l’exercice physique. Il introduisit également de nouvelles techniques de constructions permettant l’élévation des premières salles collectives.

Au niveau spirituel il s’attacha à ancrer son peuple dans le service de ses croyances et de ses traditions. Il entreprit de former une élite d’érudits destinée non pas à conserver mais à développer et à transmettre tous les types savoirs. Il organisa les premières célébrations collectives destinées à accueillir les Zigoms et d’autres pour repousser les Zizans.

Bego le Jeune venait à peine de révéler les secrets de l’agriculture quand la maladie l’emporta. Il laissa derrière lui de nombreux projets pour son peuple qu’il me chargea, moi son fils, de faire aboutir: sédentarisation, alphabétisation, ouverture au monde. Sa plus grande déception fut de ne pas avoir pu transmettre à son peuple un code d’honneur réglementant le port et l’emploi d’armes dont il savait qu’un jour ou l’autre, fatalement, elles ne seraient plus exclusivement vouées à la prédation animalière….
  • La révélation bégolienne

A sa mort mon peuple et moi nous rendîmes à l’évidence. Désormais désincarné, l’esprit de mon père ne pouvait être qu’un Zigom, fruit d’une union aussi complexe qu’harmonieuse. Ce jour là nous acquîmes la conviction que les dieux savaient parfois à plus de deux mieux s’accorder…



TROISIEME PARTIE: LA FIN DE LA CONTREE

Bego le Jaune régna de 1840 à 1970 sur la contrée de Milkafar. Il participa à la fondation du RoyaumeDuSoleilPolaire et en devint le Polémysth. Devenu fervent adepte du suite à sa révélation, il fit construire la Citée Sanctuaire de , en la Contrée De DaNone et se porta candidat aux élections de l’Isogarde au poste de Spiritueux. Il trouva sa fin face aux Chevaliers Pourpres du Seigneur d’Auzion. Voici ce que furent ces dernières paroles :


Puisqu’il faut qu’il en soit ainsi, mon peuple quittera cette terre non sans prendre le soin d’en emporter suffisamment pour qu’en la Loge d’Airain de puisse reposer les parchemins de mémoire de nos combattants sur la terre qui les a vu naître, et que les nouveaux nés puissent être saupoudré de cette même terre ayant servit à enterrer le dernier membre de leur famille.

Afin de gagner sa nouvelle terre d’asile, mon peuple empruntera les chemins hasardeux qui autrefois l’ont mené jusqu’en Milkafar, plutôt que de traverser Auzion, dont je crains qu’il ne garde autre chose qu’un amère souvenir. Je pense que vous conviendrez qu’un départ par vos terres ne soit pas des plus appropriés à emporter l’adhésion de mon peuple quant au bien fondé de cet accord, et qu’au contraire ce chemin le priverait du peu de sentiment de liberté qu’il conserve encore dans cette affaire. La longue marche à rebours se fera sous la conduite de mon fils Bego, quatrième du nom, qui porte en lui plus que tout autre les préceptes du , auquel il fut présenté pour la première fois à l’âge de 5 ans, et à qui je lègue tous les attributs du pouvoir, ainsi que les mandats de poursuivre les différentes tâches entreprises à ce jour par ma moi-même et ma lignée, qu’elles soient politiques ou religieuses.

''Par ailleurs, nos vizecrits ont d’ores et déjà entrepris de répertorier l’identité des volontaires qui se trouvent être fort nombreux à vouloir combattre avec
honneur dans le respect du troisième pilier du , plutôt que de laisser prendre impunément la terre de leurs traditions.''

Face à une telle situation, il serait contraire à mes conviction de ne point laisser ces hommes disposer de leur libre arbitre quant au destin qu’ils ont choisit d’embrasser. De ce fait, Moi, Bego le Jaune, Chevalier du Soleil Polaire et Premier Spirigladia de ma Contrée, ne saurait déroger à la règle de mon ordre à laquelle j’ai juré fidélité et qui consiste à ne point fuir devant l’ennemi, ni même sacrifier la vie de ses hommes, sans soi même courir le plus grand péril.

Je ne le les guiderai point, ni ne dirigerai l’action désespérée de cette poignée d’hommes, mais grossirai humblement leurs rangs en tant que simple combattant, quelque part face au couchant, au beau milieu de cette frontière que j’ai moi-même voulu ouverte et dégarnie, en signe de confiance et d’amitié. Aussi lorsque que viendra le moment inéluctable où la charge des Chevaliers Pourpres fauchera nos âmes, que cela soit sans haine ni rancœur. Et s’il arrive que l’un ou l’autre survive ou dépose les armes, que la vie lui soit épargnée et qu’il lui soit donné sauf-conduit de rejoindre son peuple en sa nouvelle terre d’asile, afin qu’en lui survive la mémoire d’un Conteur-Combattant.

Quant à la terre de MilKafar, mon vœux le plus cher et qu’à aucun moment elle ne demeure sans maître, ni ne retourne fut-ce un instant à l’inculture de la sombre barbarie.

Ce sont là mes dernières volontés que je vous saurais gré de bien vouloir faire respecter.

Quant à moi, Bego, troisième du nom, dit le Jaune, Chevalier de l’Ordre du Soleil Polaire, ex-Régent de l’Ex-Contrée de MilKafar, j’attend patiemment, face au couchant, que le premier Chevalier Pourpre vienne poindre à l’horizon…

Fraternité, Loyauté, Honneur et Justice.



De fait, sous la conduite de Bego, quatrième du nom, dit Le Zen, le peuple de Milkafar trouva asile en la Contrée de DaNone dans une baronnie qu’il nomma ConcordIa. Et avant d'installer plus avant son peuple sur ses nouvelles terre, et afin de lui assurer un avenir plus durable qu'en Milkafar, Bego le Zen tenta de comprendre en quoi son père avait failli. Suivant les voies du Zenith, il décida de s'appuyer sur le premier pilier: toutes les populations du monde connu et d ailleurs suivent des préceptes inaliénables et ancestraux, Tyndare de Sparte - Le , I.1.v1

Il dépécha à cet effet un jeune novice et historien nommé Thuss-Yddid, lui indiquant seulement les paroles qu'on lui avait rapporté qui devait être le point de départ de ses recherches:


Alcatra se remémora que sur ses terres aussi, cette fameuse guerre avait fauchée des âmes... Et que c'est pour cela qu'il voulait prendre c'est lieu. Combien de fois, ses généraux, ses historiens, même son peuple, réclamait ce domaine ? Mais était-ce pour démontrer au monde que c'était bien Auzion qui avait gagné cette illustre guerre ?


Ce qu'il rapporta confirma qu'en les terres de Milkafar proliférèrent par le passé de nombreux esprits Zizan, que son père en faisant sortir cette contrée de la barbarie avait fait ressurgir des limbes d'une histoire vieille de 600 ans :


Au premier age du Nord-Ouest, la terre de Milkafar avait été pour la première fois amenée à la civilisation par un certain Seigneur Akim en l'an 1200 de notre ère, vaincu 40 ans plus tard par le Seigneur Link de la Confrérie Noire. Ce domaine, nommé Royaume d'Hyrule tomba à son tour en l'an 1300 devant les armées Misters de l'Ouest menée par un certain Sir Ranswell. Dès lors cette terre fut intégrée au royaume de Brittania, jusqu'à sa disparition en l'an 1530.

''Or, il s'avère qu'au début du deuxième age du Nord-ouest, en l'an 1470 le sieur Ranswell passa au Norseland, quittant les Misters de l'Ouest conduits depuis
pendant près de 300 ans par le Seigneur Priam, puis par son successeur le Seigneur Hector, qui les quitta à son tour pour fonder le A en l'an 1480. Avec disparition de Brittania, la contrée qui devait devenir celle de Milkafar 300 ans plus tard, fut rattachée à Carthage, royaume du Seigneur Ménélas, qui succéda à Syryana en l'en 1410.''

Fidèle aux misters de l'Ouest depuis près de 400 ans, Carthage passa à son tour au Norseland en l'an 1560. Entretemps le Seigneur Alcatra succéda à Hector en l'an 1510.

Au deuxième age, en l'espace de moins de deux siècles la contrée avait été par deux fois intégrée aux Misters de l'Ouest puis au Norseland. Aussi n'est-il pas surprenant d'apprendre qu'elle fut par la suite aux premières loges lorsqu'éclata la guerre entre le Seigneur Alcatra et le Norseland, conflit indécis qui dura de 1610 à 1650 et mit aux prises deux des premieres nations civilisatrices du Nord-Ouest, alliées de plus de 300 ans.

Carthage disparut en 1710, et le domaine retourna à la barbarie pendant plus d'un siècle, jusqu'à ce qu'au troisième âge du Nord-Ouest, en l'an 1840, Bego III, dit le Jaune,le ramène à la civilisation, et ce pour 120 années de prospérité.


Retour à FrontPage | WikiListe des pages
 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Modifications by askywhale